achatPérou - Philip V (1700-1746) - 8 escudos 1712 LM (Lima) monnaie du naufrage de 1715 (Floride)
Création : agence web et webmarketing

© 2009 Monnaies d'Antan

Pérou - Philip V (1700-1746) - 8 escudos 1712 LM (Lima) monnaie du naufrage de 1715 (Floride)

Réf. : VAE27-1159
<<      >>   
Pérou - Philip V (1700-1746) - 8 escudos 1712  LM (Lima) monnaie du naufrage de 1715 (Floride)
Codification : Calicó -3-KM#38.2

AVERS : + PHILIPPVS V D G HISPANIA Crois de Jérusalem de deux châteaux et deux lions.

REVERS : ET YNDIARVM REX ANO 712 // L - 8 - M / P. - V. - A. / 7 - 1- 2

État : RR TTBMétal : AuPoids : 26.92 grDiamètre : 30 mmObservation :

Monnaie du trésor de la flotte Espagnole (naufrage de 1715), retrouvée sur les cotes de Floride. Monnaie reconnaissable par son aspect lustré et rougeâtre, flan large et régulier, très bel exemplaire malgré trois siècles passés sous l’eau. La double frappe de l'année 712 est complètement visible sur notre exemplaire. Le naufrage de la Flotte Espagnole du Trésor de 1715.La Flotte de la Nouvelle Espagne (Méxique), sous le commandement du Capitaine Général Don Juan Esteban de Ubilla, quitte l’Espagne en 1712 Il part avec 8 embarcations et en perd 4 dans de terribles tempêtes entre 1714 et 1715.Il arrive à La Havane vers le 24 juin 1715, après divers retards à Veracruz et commence à organiser la Flotte Espagnole du Trésor de 1715.Le capitaine achète un autre navire qu’il fait charger d’objets à destination de l’Europe. Sa flotte compte alors 5 navires.En juillet 1715, en compagnie de Don Antonio de Echeverz Subiza, armateur et Amiral de la Flotte Transatlantique et de ses 6 navires, une flotte marchande, puissante et rapide chargée du transport de diverses marchandises nécessaires aux colonies du continent américain et de récupérer les trésors du Nouveau Monde ainsi que des passagers désireux de rejoindre l’Espagne, le Capitaine Ubilla et ses 5 bateaux, également chargés de richesses, quitte le port de la Havane. Ce sont donc 11 galions espagnols et un navire français, contraint de se joindre à la « Flotte aux trésors », qui prennent le large.Les galions espagnols naviguent, les cales pleines de multiples richesses. Alors qu’ils approchent du Détroit du Canal des Bahamas, les navires sont pris dans un terrible ouragan. Dans la tourmente des vents violents, les galions sont entrainés vers les récifs coralliens qui bordent la cote de la Floride, où ils s’échouent. Au matin du 31 juillet, c’est l’horreur. Environ 1500 marins (confirmés par les archives cubaines) et des restes des chargements perdus, flottent dans les eaux bouillonnantes. Le navire français qui avait une position plus à l’est au sein de l’Armada, est le seul épargné par l’ouragan. Il rejoint son port en Europe.Les survivants organisent des camps de réfugiés et font parvenir des messages par le biais de petits bateaux. Quand les secours arrivent, des opérations de sauvetage sont entreprises près des lieux du naufrage.Le campement le plus important se situe à proximité des ruines des navires « Capitana » et « Almiranta » qui contiennent la plus grande partie du trésor du roi d’une valeur approximative, d’après les documents espagnols, de 14 millions de pesos. Les recherches se poursuivent pendant 3 ou 4 ans, interrompues parfois par des incursions de pirates anglais. La moitié au moins du trésor de la Flotte, arrivera en Espagne avant que le temps n’ait fait son œuvre.Quand les premiers restes ont été découverts vers 1960, une véritable fièvre de l’or s’est installée en Floride. Celle-ci perdure aujourd’hui. Le succès des chercheurs actuels, réside en l’usage de méthodes et technologies modernes. On peut dire que personne ne s’est véritablement enrichi avec les restes des trésors de la Flotte de 1715, dont certains, très célèbres, ont servi à l’avancée des connaissances actuelles de la vie coloniale espagnole et de ses objets. En tenant compte de la quantité de monnaies d’or, de lingots et joyaux récupérés durant les 4 ou 5 dernières décennies, on suppose que les chercheurs d’aujourd’hui, ont amassé une quantité de richesses égale à celle récupérée par les chercheurs de l’époque. Tout ce matériel a largement contribué à diverses études numismatiques pour les collectionneurs.

Prix de Vente : 6000.00 €
Votre panier est vide.
Votre bordereau est vide.
Directement sur le site
Catalogue PDF
Date de clôture des offres:le 28/11/2020 Informations sur la venteTéléchargez :Les conditions des VAE
Un bordereau d'Offres
Télécharger Adobe Acrobat Reader Visiter le site SIX BID Enchères en ligne sur REDPOINT Visiter le site Delcampe Visiter le site PCGS

×

Information sur la vente VAE28 du samedi 28 novembre 2020 à partir de 9:30

 

Notre vente est en ligne vous pouvez déposer vos offres depuis le site ou par mail.

Vous pouvez aussi vous inscrire sur Redpoint pour participer à la vente en live

Attention pas de vente en salle du fait de la pandémie de Covid 19

A bientôt pour la vente 

 

Laurent

 

Samedi 28 novembre 2020

9:30 - 12 :30

Lots   1            -     537

 

14:00 - 17:30

Lots   568      -     1110